Cévéo, Villages vacances & campings

Villages vacances & campings

Rappel gratuit ma réservation

Infos et résa : 04 73 77 56 14

  • fr
  • en
menu

Quelles-sont les aides aux vacances ?

En 2020, et comme chaque année, c’est presque 1 français sur 2 dont plusieurs millions d’enfants qui ne pourront pas partir en vacances.

 

 

Une souffrance silencieuse de la société …

 

Ce poste de dépense sollicite le budget des ménages, au point que certains le voient aujourd’hui comme un luxe. Bien qu’il soit facile de s’en abstenir une année, les vacances n’en demeurent pas moins primordiales ; elles sont l’occasion de se ressourcer, de resserrer les liens d’une famille, d’un couple, tout en se dépaysant, dans un environnement détaché du quotidien.

 

De nombreuses initiatives se développent, afin d’endiguer un mal de société, et de permettre aux enfants, actifs, étudiants, retraités, séniors … de profiter de moments uniques, aux quatre coins de la France.

Octroyées par les pouvoirs publics, des organismes privés (mutuelles …), les employeurs ou même des associations caritatives, elles sont diverses et touchent un public plutôt large.

 

Vous prévoyez de réserver vos vacances, mais ne savez pas comment éplucher les solutions qui s’offrent à vous ? Nous les dépoussiérons !

 

 

Quels freins, aujourd’hui ?

 

 

Les congés payés ont vu le jour en 1936. Les fameuses deux semaines (eh oui, au début !) de congés rémunérés constituent alors une structure sociale inédite, un cadre pour les travailleurs : un emploi dit « stable » donne droit à des vacances bien méritées. Mais il aura tout de même fallu un peu de temps avant que les actifs s’autorisent de grandes vacances, et les inscrivent dans les mœurs.

Aujourd’hui, la situation est légèrement différente. L’héritage demeure : un emploi « stable », donc des droits aux congés payés, mais se voit complété par la recrudescence des nouveaux modes de travailler et des enchaînements de périodes d’insécurité (moins de visibilité), pour certains actifs accumulant les contrats, parfois de courte durée.

 

La fragilisation de l’accès à l’emploi durable est donc un des freins majoritaires aux vacances. Cette dernière vient compléter (en allant parfois de pair avec) la précarité financière de certains ménages. L’absence ou la faiblesse des revenus isole littéralement une frange de la population de la soupape que peuvent représenter les vacances, alors hélas perçues comme onéreuses, risquées.

 

En outre, et d’une façon plus marginale, l’image des vacances peut elle-même représenter leur propre frein. On peut, en effet, être amené à observer une « standardisation » des vacances, des publics, véhiculée par les médias et les publicités.

Idéalisées, ces dernières peuvent alors paraître inaccessibles et très loin de la diversité de l’offre touristique que connaît la France aujourd’hui.

 

Enfin, la pratique, la culture des vacances et départs -parfois longs-, n’est ni innée, ni aisée. L’organisation, les démarches (dans certains cas), les différentes formules, l’accès à l’information … sont autant de facteurs qui peuvent susciter une insécurité et soulever des réticences amenant certaines personnes à tout simplement renoncer à leur projet.

 

Mais, les différents dispositifs qui ont vu le jour tendent à justement rassurer et aider les personnes désireuses de réserver des vacances. En substance, ils simplifient l’accession à tous types de séjours aux publics éligibles. En voici un aperçu.

 

 

Quelles solutions, quelles aides ?

 

 

VACAF

 

Certaines Caisses d’Allocations Familiales (CAF) et Caisses de Mutualité Sociale Agricole (CMSA) accordent des aides financières pour les vacances de leurs allocataires ; présenté sous la forme d’un label, le dispositif « Vacances CAF » (VACAF) vise donc à favoriser l’accès aux vacances scolaires, aux familles, à travers un engagement de service : accès aux vacances facilité, large choix de destinations dans toute la France, accueil et hébergements de qualité.

 

L’Aide aux Vacances Familiales (AVF) de la CAF est accordée sous certaines conditions (ressources, nombre de parts, quotient familial). Chaque allocataire est informé, en début d’année, de ses droits en matière d’aides aux vacances. Durée des séjours, pourcentage de l’aide, montant maximum … sont ainsi explicités, et permettent d’envisager les vacances … se-rei-ne-ment !

 

 

L’ANCV

 

Une des missions de l’Agence Nationale pour les Chèques-Vacances (ANCV) est de permettre le départ en vacances du plus grand nombre. Les valeurs fondatrices et la philosophie de l’ANCV en font aujourd’hui un pilier Français en matière de cohésion sociale et de lutte contre les exclusions.

C’est dans cette logique que sont nés les Chèques-Vacances. Avec ces derniers, l’ANCV offre aux salariés et bénéficiaires de comités d’entreprises, la possibilité de régler des prestations touristiques dans les domaines de l’hébergement, des transports, de la restauration et des activités de loisirs auprès des prestataires situés partout en France.

 

Enfin, « Séniors en Vacances » veut faciliter les vacances des plus âgés, grâce à un programme aux valeurs bien complètes : prévention de la perte d’autonomie, activation du lien social et des relations intergénérationnelles par la baisse de l’isolement, etc. Différents critères rentrent en compte, comme l’âge (60 ans et plus), le fait d’être sans situation professionnelle ou retraité, les handicaps, la présence d’aidants lors des séjours …

 

Les avantages pour les séniors sont multiples en termes de vacances : en plus de programmes comme « Séniors en Vacances », l’âge peut conférer des prix réduits sur les transports (train, avion, locations de voitures), ou à l’hôtel. Renseignez-vous !

 

 

LES COMITÉS D’ENTREPRISES (C.E)

 

 

Les premiers délégués du personnel arrivent dès 1936, avec le Front Populaire, mais l’histoire des comités d’entreprises commence après-guerre et la montée des syndicats. Les C.E sont alors régis par divers textes : ordonnances, lois … jusqu’à figurer dans le Code du Travail.

 

Composés de représentants syndicaux et du personnel, ils sont aujourd’hui bien connus par les salariés pour les atouts et avantages sociaux qu’ils confèrent : réductions, restauration, accès à la culture, au sport, aux crèches des entreprises …

 

Toujours dans une démarche sociale, les C.E établissent des partenariats avec des opérateurs de tourisme comme Cévéo, afin de proposer des séjours vacances aux meilleurs prix à leurs ayants-droit ; les offres comprennent alors l’accès aux clubs, aux animations, aux espaces « bien-être » , avec des avantages et réductions spécifiques. Des séjours organisés, ou colonies, pour les enfants peuvent également être facilités par les C.E.

 

 

 

 

Pour conclure

 

 

Puissant moteur d’épanouissement des individus, les vacances doivent aujourd’hui être accessibles au plus grand nombre. Dans cette optique, divers projets ont vu le jour et sont aujourd’hui des références nationales.

 

Bien que le développement du low-cost, le hors-saison et les réservations de longue date s’avèrent être des astuces, notamment économiques, plusieurs solutions, que nous développerons ultérieurement, existent parallèlement : cartes familles nombreuses pour les transports, Aide aux Vacances Enfants (AVE) des CAF, Aides aux Projets Vacances (APV) de l’ANCV … Enfin, des géants comme les Restos du Cœur ou le Secours Catholique œuvrent également au quotidien, bénévolement, pour apporter des réponses aux familles qui font face à la plus grande précarité.

 

 

Photo d’illustration de l’article : « Don’t let go », par Everton Vila – sur Unsplash.