Cévéo, Villages vacances & campings

Villages vacances & campings

Rappel gratuit ma réservation

Infos et résa : 04 73 77 56 14

  • fr
  • en
menu

Gravel Bike : Un Vélo Polyvalent Qui Fait La Pluie Et Le Beau Temps

Cartonnant outre-Atlantique, le vélo gravel gagne l’Europe et ne cesse de faire des émules dans le monde du cyclisme. Son caractère polyvalent chamboule les habitudes et conquiert des amateurs, qui ne souhaitent faire ni la concession d’un long trajet sur l’asphalte, ni celle d’évoluer sur des sentiers naturels escarpés. Enquête sur un deux-roues des plus prometteurs !

 

 

Un vélo gravel, c’est quoi ?

 

L’appellation française inesthétique « vélo de gravier » de ce type d’engin hybride fait d’abord référence à la pratique éponyme, le gravel. Traçant sa voie dans les grands espaces des Etats-Unis, le sport alterne entre pratique cycliste sur routes, et passages sur chemins, à l’instar du cyclo-cross. L’outil -le vélo- est alors adapté, dès sa conception même, à l’alternance entre les terrains.

 

 

Qu’est-ce que qui différencie un gravel bike des vélos classiques ?

 

Les principales différences avec des vélos classiques (VTT, route …) se notent notamment dans la forme et les équipements de l’ensemble.

Pour garder en maniabilité et stabilité, le gravel bénéficie de bases élargies permettant le montage de pneus tubeless plus importants que pour un vélo de route, réduisant, de fait, les possibilités de crevaisons. La douille de direction s’en voit elle aussi modifiée, puisque plus haute. Le guidon, lui, reste inspiré des confrères de la route ; représentatif des guidons de course, courbé (mais plus évasé en bas) et permettant de prendre des positions d’endurance routière.

 

 

Photo // Tim Reddington, sur Wikimedia Commons.

 

 

Pour propulser la bête, la transmission mono-plateau propose en moyenne un rang de vitesses allant jusqu’à 11, voire 13, commandées par un levier pour la montée et la descente (dans l’ordre d’utilisation).

Enfin, les incontournables freins à disques apportent une réelle couche de sécurité, et sont des plus optimisés (légers, fiables, faciles à entretenir).

Nous notons par ailleurs l’absence significative de suspensions sur ce type de cycle, dans la majorité des cas.

A la croisée des chemins, le potentiel de ce deux-roues métissé est donc énorme ; plus qu’un VTT, le gravel bike est conçu ET optimisé pour tous les terrains.

 

 

Personnalisable et évolutif …

 

En plus de la base mi-route / mi-cross que nous venons d’aborder, les gravel offrent de nombreuses opportunités de personnalisation ; il est notamment possible, pour gagner en confort, d’ajouter des garde-boues ou des porte-bagages à son gravel.

En outre, le cadre, est, quant à lui, parfaitement adapté à l’installation d’un bikepacking simple, à l’aide de scratchs et sangles.

En matière d’équipements, les marques se font de plus en plus innovantes et proposent de nombreuses panoplies aux amateurs souhaitant préparer leurs machines pour des sorties route ou nature !

La tendance actuelle du vélo à assistance électrique (VAE) gagne elle aussi du terrain. Ce sujet a démocratisé la pratique du cyclisme. Conclusion : on en parle partout ! Et bonne surprise, les constructeurs de musculaires se mettent à la page, avec les e-gravel.

Déjà très polyvalents, cette option propose un avantage supplémentaire aux gravel, qui, dotés d’un bloc moteur à batterie s’avèreront être de parfaits compagnons gonflés d’autonomie, pour des sorties sur plusieurs jours et adaptées à tous les niveaux.

 

 

… le gravel se pratique partout

 

Elargissant le champ d’action des cyclistes confirmés ou amateurs, le gravel est idéal pour parcourir des itinéraires très variés, laissant place à une grande liberté d’improvisation. Aucun problème pour sortir d’une longue lignée de route pour découvrir de petits sentiers ombragés latéraux, avant de retrouver le bitume quelques kilomètres plus loin.

La monture permet en effet d’envisager des routes irrégulières, des pistes non asphaltées, des chemins non entretenus ou même des environnements plus urbains.

 

La CAT700, une épreuve cycliste espagnole de longue distance, ayant recours aux gravel.

Photo // Pacopac, sur Wikimedia Commons.

 

 

 

Permettons-nous les parallèles ; entre la randonnée à cheval et le trail à pied, nul doute que ce fatbike de la route, racé et dopé au carbone ne s’impose lors de futurs débats passionnés entre sportifs curieux, amateurs de nouveautés et désireux de casser les codes. Non conventionnel, le gravel rompt les frontières et donne une autre dimension aux sorties vélocipédiques.

 

 

 

 

 

Certains visuels ont pu faire l’objet de retouches.

Source de la photo d’illustration de l’article : « bicycle leaning on rock formation », par asoggetti, sur Unsplash.